fbpx

Ecriture inclusive : il faudra dorénavant écrire Dieu•e, Moïse•e, Jésus•e et Mahomet•e

Ecriture inclusive : il faudra dorénavant écrire Dieu•e, Moïse•e, Jésus•e et Mahomet•e

Les religions semblent enfin comprendre les avantages de l’écriture inclusive. En permettant à chacun d’écrire Dieu•e en féminasculin ainsi que ses prophètes ou rejetons, chacun•e peut se sentir mieux impliqué•e dans un modèle patriarcal.

Pour les rabbins•es, prêtres•esses et imams•es, il s’agit d’un pas en avant fondamental pour faire entrer Dieu•e dans la modernité. David•e explique : « Plus besoin de savoir si Dieu•e est masculin•e ou féminin•e ! Et en plus ça permet de dire que les préceptes contre les femmes ne sont pas en réalité venu d’un concept masculin puisqu’il est les deux. Limite, c’est un peu de leur propre faute. »

Pour les Juifs orthodoxes, la différence restera minime : « On écrit déjà D.ieu, on rajoutera juste un • en plus avec un e »

Du côté de l’Union Féministe Athée•e, c’est la consternation. Sa président•e, Christin•e Louboutin affirme : « On se serait bien passé•e de la présence de Dieu•e dans le combat des femmes. S’iel existait, iel nous aurait donné•e les mêmes droits. »

Afin de continuer cette grande marche en avant, il est également envisagé d’écrire femme•e.

Leave a Reply

Your email address will not be published.