fbpx

Un Ashkénaze pense qu’une Séfarade gueule alors qu’elle ne fait que s’exprimer normalement

Un Ashkénaze pense qu’une Séfarade gueule alors qu’elle ne fait que s’exprimer normalement

Le confinement est l’occasion de rencontres culturelles intéressantes. Un jeune couple ashkénazo-séfarade s’est ainsi retrouvé à passer tout son temps ensemble, et à découvrir certaines subtilités de la communication maghrébine.

Le jeune homme, du nom de Shlomo*, juif polono-alsacien, en a ainsi fait l’amère expérience. Alors que sa compagne, Shoshana*, d’origine algéro-marocaine à tendance constantinoise, tentait de communiquer avec lui, il s’est senti agressé par cette dernière.

Elle explique : « Je lui disais en quoi notre cuisine était bien meilleure que la cuisine ashkénaze, tout simplement car elle a juste du goût, il s’est senti attaqué par le ton que j’employais ». De son côté Shlomo indique qu’il a « téléchargé une application pour calculer les décibels lors de l’échange, et son niveau sonore dépassait largement les 100 décibels avec des pointes à 110 ! »

Pour Shoshana, l’étonnement est total : « Mais je ne gueule pas, je ne fais que m’exprimer normalement comme on le fait chez nous depuis toujours. »

*les prénoms ont été modifiés

Leave a Reply

Your email address will not be published.