fbpx

Un Ashkénaze trouve le bonheur et décale son suicide de 24 heures

Un Ashkénaze trouve le bonheur et décale son suicide de 24 heures

Une histoire mêlant optimisme et espoir a été révélée par la Revue de Psychanalyse Ashkénaze. Le bonheur a frappé à la porte de David Rothberg, préférant repousser son suicide de 24 heures. Au lieu d’un cancer de la prostate, il a appris qu’il souffrait en réalité d’une tumeur au cerveau.

Pour David Rothberg, 58 ans, le bonheur est enfin arrivé dans sa vie. Cet avocat fiscaliste résidant dans le New-Jersey pensait qu’il allait mourir d’un cancer de la prostate : « J’avais déjà prévu de mettre immédiatement fin à mes jours. La seule perspective d’espoir était l’idée de pouvoir me plaindre pendant des mois, mais je m’étais résolu à en finir malgré tout. »

Une ultime visite chez le cancérologue a bouleversé ses plans. Son médecin, le Dr Goldenblatt, lui a annoncé la bonne nouvelle : « Vous n’avez pas un cancer à la prostate, il s’agit d’une simple métastase. Vous avez une tumeur au cerveau ! »

Le cancéreux, soulagé, a su apprécier ce moment de bonheur. Il décrit son sentiment : « Vous ne savez pas à quel point je suis heureux ! Mourir d’une tumeur au cerveau, c’est plus classe que de crever d’un bête cancer de la prostate… « 

Les funérailles de David se tiendront donc dans 48 heures.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.