fbpx

Un Séfarade dit « frérot » à un Ashkénaze qui comprend qu’il va se faire arnaquer.

Un Séfarade dit « frérot » à un Ashkénaze qui comprend qu’il va se faire arnaquer.

Lorsque Simon Goldberg a entendu son ami David Haddad l’appeler « frérot », il s’est immédiatement inquiété. La suite de la phrase lui a donné raison, car il lui été proposé d’investir dans « un business pour se faire des couilles en or ».

Il s’agit sans doute de la fin d’une belle relation, montrant que l’amitié peut dépasser les frontières et les barrières culturelles. En entendant son ami David Haddad lui proposer de prendre part dans une nouvelle affaire, Simon Goldenberg avait manifesté un certain intérêt.

Cependant, lorsque David a introduit son offre d’un « frérot », une alarme s’est enclenchée dans l’esprit de Simon : « Je sais par expérience que lorsqu’il propose un business en commençant par « frérot », c’est que cela n’annonce rien de bon. Et c’était le cas. Il me proposait d’ouvrir une boutique de foie gras casher vegan qui fournirait en plus des infos toutes fraîches venues d’Israël, grâce à un financement lié à un trafic d’uranium enrichi. »

Depuis les deux amis ne se parlent pas.

Pour David, la situation est difficile à comprendre : « C’est bien la première fois que je n’arrive pas à arnaquer un ami… »

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.