fbpx

Un Ashkénaze cuisine un couscous : trois morts.

Un Ashkénaze cuisine un couscous : trois morts.

Une expérience à la fois culinaire, scientifique et sociologique a tourné au drame vendredi. Voulant faire plaisir à sa belle-famille séfarade, un Ashkénaze a tenté de préparer un couscous. Résultat : trois morts en tout, deux Séfarades par empoisonnement et l’Ashkénaze par homicide.

Les derniers instant de Samuel Blum auront été pénibles. Le rapport de police est sans appel « étouffement par boulette ». Les circonstances du drame ont été révélées par la police aujourd’hui. Le commissaire Von Streimel explique : « On imagine que M. Blum a tenté de faire un couscous pour ses beaux-parents d’origine juive algérienne. D’après nos informations, lorsque ces derniers ont constaté la présence de carpe farcie dans la préparation Garbit, il était trop tard : ils avaient déjà avalé une bouchée. Le résultat a été sans appel, la mort par empoisenement. Le beau-père a tout juste eu le temps d’enfoncer une boulette dans la gorge de son beau-fils. »

La seule survivante, l’épouse de Samuel Blum, a témoigné qu’en effet, le couscous était infâme. Il est de notoriété que la nourriture ashkénaze est particulièrement dangereuse pour les Séfarades.

Leave a Reply

Your email address will not be published.